L'édito

L'édito

Frédéric Decker de lamétéo.org

El Nino en forme avant son déclin

El Niño prépare sa sortie. L’arrivée de la Niña pourrait bouleverser l’été. Explications.

El Niño domine avec ses eaux plus chaudes que la normale dans l’est de l’océan Pacifique depuis quelques mois. Ce phénomène a eu des effets majeurs à travers la planète. On a eu d’ailleurs jusqu’ici un hiver plus doux que la normale sur une très grande partie de l'hémisphère Nord, y compris en Europe et en France. Mais il est rare même que même un El Niño très fort s’impose plus qu’une année. Les jours de El Niño sont peut-être comptés. Un important changement est attendu au cours des prochains mois.

El Nino ce mois de janvier 2024; Source: NOAA

El Nino ce mois de janvier 2024; Source: NOAA

UN CHANGEMENT SE PRÉPARE

Les eaux du Pacifique pourraient en effet revenir à une température moyenne, signalant ainsi le déclin d'El Niño vers une tendance neutre. La baisse des températures de l’eau dans cette zone pourrait même garder son momentum et basculer vers une moyenne sous la normale, donc vers une tendance la Niña. Lorsque la température de l’eau est plus chaude que la normale de saison par moins 0.5 degré durant 6 mois, on peut officiellement qualifier la situation d’El Niño. De façon réciproque, l’eau doit être plus froide d’au moins 0.5 degré durant 6 mois pour parler de la Niña.

MAUVAISE NOUVELLE POUR CERTAINS

Alors qu’une baisse de la température des eaux n’est pas une mauvaise nouvelle globalement, c’en est une pour les Caraïbes, les Antilles et la côte est des États-Unis. La Niña crée habituellement plus d’activité dans le bassin de l’Atlantique, donc plus de risques d’ouragans pour cette saison 2024.

L'ENNEMIE DU CISAILLEMENT

En effet, un des effets de la Niña est de minimiser les effets du cisaillement vertical des vents. Le cisaillement vertical des vents est la différence, au même endroit mais à des altitudes différentes, de la direction et de la force des vents. À un endroit donné, les vents soufflent dans une direction à une certaine altitude tandis que plus proche du sol, ils se dirigent vers une autre direction. Ces cisaillements verticaux sont les ennemis des cyclones et ouragans. Pour qu'un ouragan soit stable, il faut que l'air chaud et humide puisse remonter vers le sommet. Lorsque les vents cisaillent, l'œil de l’ouragan se désorganise, ce qui l'affaiblit. 

Frédéric Decker, créateur et webmaster de Lameteo.org

Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services.